Beaucoup de gens pensent que pour pouvoir jouer aux échecs, il faut être une sorte de petit génie. Si vous faites partie de ces personnes, ce que je vais vous dire va vous étonner : en réalité, c’est le contraire  ! C’est le fait de jouer aux échecs qui rend plus intelligent. Apprendre les échecs permet de développer tout un tas de capacités cognitives et parfois même certaines compétences utiles dans la vie de tous les jours !

 

On a tous une image en particulier en tête quand on pense aux échecs : Beth Harmon dans la série Netflix Le Jeu de la dame, Ron dans Harry Potter et la Pierre philosophale, Sherlock contre son ennemi juré Moriarty dans Sherlock Holmes : un jeu d’ombres ou encore la partie visionnaire d’un astronaute contre l’ordinateur HAL dans 2001 : L’odyssée de l’espace. Dans tous les cas, on associe souvent le jeu d’échecs à une intelligence supérieure.

Plusieurs études ont été menées sur le sujet et ont démontré que les enfants ayant suivi des cours d’échecs pendant deux ans ont augmenté : 

♞ Leur capacité de rester concentré de 50 % 

♞ Leur mémoire de 22 %

♞ Leur capacité de résoudre des problèmes de 32 % 

Déjà vachement impressionnant, n’est-ce pas ? Et pourtant, cette petite liste est loin de représenter les seuls avantages à apprendre les échecs dès son plus jeune âge.

Les avantages sont en réalité innombrables, mais je vais tenter de vous en donner un petit aperçu ! 

 

La petite histoire des échecs

 

On sait aujourd’hui que les échecs sont apparus vers l’an 600 en Inde. Selon la légende, c’est un sage indien qui a inventé le jeu. 

Sissa, un sage de la cour d’un grand prince indien, a un jour reçu l’ordre de divertir Sa Majesté. Il a donc créé ce qu’on appelait à l’époque le chaturanga. Il s’agissait d’un plateau de 64 cases conçu pour quatre joueurs. Le but ? Bloquer le roi d’un autre joueur à l’aide de plusieurs autres pièces différentes. Ainsi, Sissa voulait démontrer à son prince que sans son entourage, un roi peut difficilement s’en sortir !

Le prince, séduit par son nouveau divertissement, a alors demandé à Sissa comment il voulait être payé. Malin, le sage a demandé que le roi dépose un grain de blé sur la première case de l’échiquier, deux sur la deuxième, puis le double sur la troisième et ainsi de suite… Le prince, surpris par tant de modestie, accepta – avant de devoir rétracter son offre. Il s’est rendu compte qu’il avait été joué par le mathématicien, car au final, en doublant à chaque fois le nombre de grains de blé sur son échiquier, il aurait offert à Sissa… 18 446 744 073 709 551 616 grains de blé. Je ne sais même pas lire ce nombre ! Cette quantité dépasse d’ailleurs la moisson de blé de la terre entière ! 🤯 Comme quoi, les maths, ça sert quand même parfois… 

apprendre-les-echecs-2-1

 

Pourquoi apprendre les échecs  ? 

 

Comme je le disais plus haut, apprendre les échecs présente un nombre incalculable d’avantages et d’apports à nos capacités cognitives. 

Vous avez déjà entendu parler des grands maîtres ? Ce sont ces joueurs d’échecs extrêmement versés dans la discipline, de véritables génies des échecs. Hé bien, les grands maîtres sont parfois capables de mener des parties entières les yeux bandés. Ils ne voient même pas l’échiquier, tout est dans leur tête ! Imaginez un peu la mémoire qu’il faut avoir pour pouvoir jouer comme ça ? 

Et ces grands maîtres ne sont pas nés comme ça ! Ils avaient peut-être sûrement certaines prédispositions, mais s’ils sont aujourd’hui capables de se souvenir d’un échiquier entier, c’est parce qu’ils se sont entraînés pendant des années ! 

Et vous aussi, vous pouvez vous entraîner ! 

En plus de travailler votre mémoire de travail, les échecs permettent de développer de nombreuses capacités sacrément utiles dans le monde scolaire comme dans la vie de tous les jours ! 

 

Penser de manière critique

Certains enfants ont l’habitude que tout soit pensé pour eux. À l’école, l’horaire est fixe et doit être suivi ; leurs vêtements et collations sont préparés par leurs parents et ils se laissent conduire à leurs différentes activités extrascolaires. 

En jouant aux échecs, ils doivent réfléchir un, deux voire trois coups à l’avance et donc apprendre à penser eux-mêmes de manière critique ! Un excellent moyen d’apprendre à s’organiser et à prévoir les étapes d’une stratégie – et, ainsi, de gagner en indépendance 

 

Entraîner son cerveau

Saviez-vous qu’il était possible de « muscler » notre cerveau ? 

Le cerveau est un organe qui évolue en permanence. Nos neurones peuvent être « nourris » et ainsi établir de meilleures connexions, ce qui nous permet ensuite de réfléchir plus vite et de travailler notre mémoire. 

Lorsqu’on joue aux échecs, le nombre de dendrites dans notre cerveau augmente. Les dendrites permettent de transmettre un influx nerveux vers un neurone, par exemple. Si nous en avons plus, plus de connexions peuvent se faire, et nous gagnons en capacités cognitives ! 🧠

C’est donc la preuve que les échecs rendent véritablement intelligent. En développant nos capacités cérébrales, nous apprenons également à mieux nous concentrer, et à mieux le rester ! 

 

Des compétences de la vie réelle

Lorsqu’on joue une partie d’échecs, on doit mobiliser pas mal de compétences : prise de décisions, compétences d’analyse et de synthèse, anticipation, patience et concentration… 

Toutes ces compétences sont extrêmement pratiques à maîtriser dans la vie quotidienne ! 

Un enfant capable de prendre ses propres décisions gagnera en confiance en lui et en indépendance ; ses compétences d’analyse lui permettront d’évaluer une situation de manière critique et de bien peser ses décisions ; ses compétences de synthèse lui permettront de mieux comprendre ce qu’il entend ou ce qu’il lit ; et armé de sa patience et de sa concentration, il pourra rester zen et garder son sang-froid à toute épreuve 💪

Et plus tôt on encourage le développement de ces compétences, au mieux l’enfant se sentira dans sa peau et pourra se développer en exploitant tout son potentiel !

 

Avoir une vue d’ensemble

Lorsqu’on joue aux échecs, on doit prendre l’ensemble de l’échiquier en considération : 64 cases, 32 pièces, des possibilités infinies. Pour pouvoir avoir un coup d’avance et vaincre son adversaire, il faut donc développer une excellente vue d’ensemble 

Il est d’ailleurs prouvé que les enfants qui jouent aux échecs améliorent leurs notes en mathématiques, en résolution de problèmes et en raisonnement spatial (donc en géométrie) ! 

L’échiquier peut également être vu comme tout un tas de coordonnées graphiques ! Les jeunes joueurs d’échecs apprennent donc très tôt ce que sont des coordonnées et comment l’espace fonctionne 📈

Et dans la vie de tous les jours, avoir une vue d’ensemble de sa journée, de sa semaine ou de son programme d’apprentissage, c’est aussi tout bénef ! 

 

Apprendre la discipline

Pour réussir et s’améliorer aux échecs, il faut beaucoup de discipline. Tant d’ouvertures et de fermetures ou de règles de déplacement à apprendre ! Comme pour tout, le mieux est de s’accrocher et de s’entraîner régulièrement. 

Par ailleurs, jouer aux échecs enseigne également à comprendre que les actes qu’on pose ont des conséquences ! Un coup mal joué, et hop ! on a perdu sa pièce la plus précieuse, la reine. La prochaine fois, on réfléchira à deux fois (sur l’échiquier comme dans la vie réelle) 🧘

 

Gommer les différences

Les échecs sont un véritable égaliseur : ils mettent tout le monde sur le même pied. Si vous avez vu la série Le Jeu de la dame sur Netflix, vous vous souvenez probablement de cette scène où Beth joue contre un petit garçon russe. Ou vous avez peut-être déjà entendu parler de ce petit garçon, âgé d’à peine quatre ou cinq ans, qui a joué contre l’un des plus grands joueurs d’échecs du monde sur un plateau de télévision russe. 

C’est exactement de ça que je veux parler ! Aux échecs, peu importe son âge, son identité de genre, sa nationalité ou que sais-je : les règles sont les mêmes pour tout le monde. La langue des échecs est parlée par un nombre incalculable de personnes à travers le monde, des plus petits aux plus âgés. L’origine sociale importe également très peu : on peut se procurer un échiquier pour très peu d’argent en seconde main, emprunter un livre à la bibliothèque ou regarder quelques vidéos sur Internet et c’est parti ! 

Personnellement, je trouve que c’est l’un des plus beaux aspects du jeu 😍

 

Avoir une activité familiale loin des écrans

Tout le monde le sait, jouer en famille (en particulier en ces temps de confinement) est un excellent moyen de se détendre et de renouer les liens familiaux. Alors, pourquoi ne pas vous lancer dans l’apprentissage des échecs en famille ? 

Vous avez tout autant à y gagner que votre enfant pour avoir un esprit clair ! Et si votre enfant vous voit apprendre au même rythme que lui, il gagnera peut-être confiance en lui et en ses capacités. Avoir une activité et un objectif communs, ça crée des liens 👪

 

Changer de comportement

Votre enfant est incroyablement mauvais perdant ? C’est peut-être simplement qu’il n’a pas l’habitude de perdre, ou qu’il a peur de se tromper ou de se planter. Ça aussi, ça peut se travailler grâce aux échecs ! 

Lorsqu’on perd aux échecs, on a simplement « éliminé » une possibilité – c’est-à-dire une suite de coups, qui, malheureusement, nous a menés à la défaite. Pour gagner, il suffit de recommencer et de tenter de comprendre ce qui n’a pas marché dans notre stratégie précédente 🤔

Apprendre à perdre, c’est extrêmement important, en particulier pour les enfants ! Ils apprendront ainsi que commettre une erreur, ce n’est pas la fin du monde, et qu’il suffit de continuer à y travailler pour y remédier. Ils comprendront ainsi ce que ça veut dire de fournir des efforts pour atteindre un objectif et y prendront peut-être même goût ! 

apprendre-les-echecs-3

 

Les échecs, si compliqués que ça ?

 

Pas du tout ! Alors oui, surtout au début, il faut fournir quelques efforts pour retenir les règles de déplacement et les possibilités de chacune des pièces. Mais une fois qu’on a compris le principe, plus rien ne change ! 

Il suffit de s’entraîner régulièrement et de faire des « expériences » sur l’échiquier pour s’améliorer. 

 

Petit conseil : si vous savez déjà jouer aux échecs et que vous voulez enseigner à votre enfant, ne lui apprenez pas toutes les pièces à la fois. Commencez par une bataille de pions, puis ajoutez la tour, puis les fous… et ainsi de suite ! 

Si vous ne savez pas du tout comment jouer et ne savez pas où commencer, voici quelques ressources qui vous permettront d’apprendre à jouer aux échecs gratuitement : 

♞Le programme gratuit d’Apprendre les échecs en 24 heures, pour se lancer rapidement

♞ Le site Chess.com, avec des exercices pour progresser dans les ouvertures et des possibilités de jouer contre un ordinateur à votre niveau ou contre d’autres joueurs dans le monde entier !

♞Les cours Apprendre les échecs, très complets pour maîtriser les bases

♞ L’application Magnus Trainer, développée par un champion des échecs, qui utilise des petits jeux pour entraîner nos cerveaux à réfléchir « échecs » et traque notre progression ! 

Et pour le reste, il vous suffit de jouer, jouer et encore jouer, et vous verrez très rapidement vos progrès et les bénéfices qu’ils vont vous apporter ! Alors, à vos échiquiers, à vos cavaliers et c’est parti ! 

Et pour plus de manières d’entraîner vos capacités cognitives en vous amusant, n’hésitez pas à faire appel à nos tuteurs GoStudent. Ils sont spécialisés dans l’enseignement par le jeu et se feront un plaisir d’accompagner vos enfants dans leur développement scolaire et personnel ! 

Réservez une première leçon d’essai gratuite par ici ! 

Votre avis nous intéresse!

logo