COMPORTEMENT

Stop au harcèlement scolaire : réagir à cette crise en tant que parents

 

Dans cet article, Manon, notre professeure répond à toutes vos questions sur un sujet très sensible : le harcèlement scolaire. Qu’est-ce que c’est, comment y réagir en tant que parents, comment encourager la prévention ? Découvrez toutes les réponses ci-dessous ! 

 

Le harcèlement et le cyberharcèlement sont les fléaux de l’enseignement moderne. En effet, l’essor du digital a fait passer ce phénomène à une autre échelle et l’a rendu encore plus difficile à déceler et à contenir, tant les informations circulent rapidement. Des chiffres de l’Unicef indiquent que le harcèlement scolaire toucherait la moitié des adolescents de 13 à 15 ans, de manière mensuelle.

 

En tant que parents, il est particulièrement difficile d’assister à la détresse de son enfant. Culpabilité, vulnérabilité, impuissance… sont autant de sentiments vécus par les parents des jeunes victimes de harcèlement. 

 

Pourtant, le rôle des adultes est primordial dans ce type de crises. Il est donc essentiel de donner aux parents – et aux enseignants – les clés nécessaires à soutenir les élèves, désamorcer l’engrenage du harcèlement et reconstruire la confiance en eux des jeunes

 

harcelement-scolaire

 

Qu’est-ce que le harcèlement scolaire et comment en reconnaître les signes ?

 

Définition 

 

Le harcèlement scolaire est le diagnostic posé sur la violence infligée de manière répétée par un élève ou un groupe envers un autre jeune. Il peut être infligé par différents biais :

 

❎ brutalité physique,

❎ humiliations, 

❎ rejet et exclusion,

❎ racket,

❎ agressions verbales,

❎ cyberharcèlement…

 

Une réelle volonté de nuire apparait donc, même si le ou les harceleurs n’en réalisent pas toujours la portée. Le harcèlement prend généralement pour point de départ une différence – ethnie, religion, physique… – mais, parfois, un harceleur profite simplement du manque de confiance d’un élève pour affirmer un sentiment de supériorité et de domination. 

 

Symptômes 

 

Les conséquences du harcèlement peuvent être terribles, il est donc important de réagir le plus rapidement possible au mal-être de l’enfant. Cependant, il est fréquent que l’élève victime de ce type d’agressions en ait honte, dissimule sa situation et se referme sur lui-même. Il est alors très difficile de discerner les signes du harcèlement.

Les symptômes et les séquelles sont nombreux et variés. Ils vont d’une perte de confiance en soi aux tentatives de suicide, en passant par l’éventail de comportements suivants : 

😢 Angoisse et mal-être,

😢 Dépression,

😢 Déscolarisation et phobie scolaire,

😢Somatisation et maladies à répétition (vomissements, évanouissements…),

😢 Automutilation,

😢 Suicide.

 

La gravité de ces réactions nécessite une réaction rapide pour éviter d’agir trop tard.

 

Que faire en tant que parents ? 

 

Comprendre

 

Il est parfois difficile pour un adulte de savoir distinguer une querelle entre adolescents d’une situation de harcèlement. Pourtant, il est primordial de former les enseignants et les parents à la réalité de cette calamité scolaire.

 

Des études affirment d’ailleurs que le soutien parental a une importance énorme auprès des jeunes. Ceux-ci ont besoin de sentir que leurs parents les croient, les soutiennent et n’ont pas honte d’eux. Pour cela, il est important d’être guidé, formé et accompagné, comme le propose, par exemple, le site des autorités françaises intitulé Non au harcèlement et visité plusieurs centaines de milliers de fois chaque année.

 

Agir 

La première étape est de déculpabiliser votre enfant pour restaurer l’estime de soi. Il est essentiel d’insister sur la responsabilité et le comportement inacceptable des coupables. Il peut aussi être utile de proposer un soutien psychologique. L’adolescence est une période de construction identitaire et le harcèlement peut causer des séquelles à long terme s’il n’est pas correctement désamorcé. 

Si le jeune refuse de parler à ses proches ou à un psychologue, des numéros d’écoute existent. Le 3020 accompagne notamment les victimes et leurs familles, sans jugement et sans regard direct. Il est absolument indispensable de verbaliser le vécu, les brimades, les émotions et le ressenti du jeune pour dépasser le traumatisme.

 

Trouver des solutions

 

Ensuite, il est nécessaire de ne pas rester silencieux. Il est important que les parents préviennent la direction de l’établissement scolaire ainsi que la DASEN (direction académique des services de l’éducation nationale). Ceux-ci sont formés pour réagir et éviter que la situation ne s’envenime.

Diverses techniques existent et notamment la méthode Pikas, inventée par un psychologue suédois. Elle nécessite le dialogue entre les parents et acteurs de l’institution scolaire, suivi d’entretiens avec les élèves coupables de harcèlement. 

La méthode consiste à briser l’effet de groupe et à faire comprendre le phénomène du harcèlement : les initiateurs du harcèlement doivent trouver eux-mêmes les solutions pour y mettre fin et s’excuser auprès de leur victime. Cela permet de ne pas laisser le ressentiment s’installer et de trouver une issue positive. Testée en Australie et au Royaume-Uni, la méthode aurait un taux de réussite de 75 à 100%.

Enfin, si la situation ne se résout pas, il existe la possibilité de porter plainte. Un mineur ne peut le faire donc, le cas échéant, il est essentiel que les parents en prennent la responsabilité. Cela peut permettre à l’adolescent de réaliser que ses parents prennent au sérieux la situation et feront tout pour lui rendre justice. Il n’est bien sûr pas question de se venger soi-même mais un processus judiciaire peut permettre un soulagement psychologique. Les peines varient, surtout lorsque les coupables ont moins de 18 ans, mais elles peuvent consister en une amende de plusieurs milliers d’euros ou même à plusieurs mois de prison.

 

Comment encourager la prévention ?

 

De plus en plus, les écoles, villes, associations de parents, clubs sportifs… travaillent à la prévention du harcèlement scolaire, au moyen de campagnes très actives et sérieuses.

 

Plusieurs cibles sont visées par celles-ci : 

🙅 Les jeunes qui sont peut-être coupables de harcèlement sans se rendre compte de la portée de leurs actes,

🙅 Les jeunes qui en sont complices, de peur de voir la situation se retourner contre eux,

🙅 Les jeunes qui en sont victimes,

🙅Les parents qui ne comprennent pas le mal-être de leur enfant ou ne savent pas comment agir…

 

La violence peut prendre de nombreuses formes mais elle n’est en aucun cas acceptable. N’importe qui peut en être victime et il est important de mettre fin à ce cercle vicieux destructeur. Sachez que si vous ou votre enfant avez besoin de soutien, nos tuteurs GoStudent représenteront toujours une oreille attentive et compatissante ! 


Devenir 1er de la classe grâce aux cours particuliers

conseils pour les parents

Donnez à votre enfant les moyens de préparer son avenir.

Guide gratuit pour motiver et accompagner votre enfant vers le succès scolaire.

Télécharger maintenant