TROUBLE DE L'APPRENTISSAGE

Enfant dysgraphique : symptômes, traitements et exercices

Sommaire

  1. Définition de la dysgraphie
  2. Quels sont les signes et symptômes de la dysgraphie ?
  3. Dysgraphie et dyslexie
  4. Quand la dysgraphie se présente-t-elle ?
  5. Diagnostic et traitement
  6. Exercices 

 

Vous vous demandez si votre enfant souffre de dysgraphie ? Votre enfant a été diagnostiqué dysgraphique et vous voulez l’aider ?

Vous ne comprenez pas ce trouble de l’apprentissage caractérisé par des difficultés d'écriture ? Une difficulté unique avec l'écriture qui altère la capacité de votre enfant à s'exprimer clairement à travers l'écrit.

Dans cet article, nous discutons des symptômes et du diagnostic de la dysgraphie. Nous vous proposons des exercices et des techniques pour accompagner votre enfant dysgraphique.

Remarque : cet article est uniquement destiné à des fins d'information et ne doit pas être utilisé à la place d'un traitement ou d'un diagnostic professionnel.

Enfant entrain d'écrire

1 - Définition de la dysgraphie

 

La dysgraphie fait partie des troubles DYS, comme la dyslexie, la dysorthographie, la dyscalculie, la dyspraxie, la dysphasie.

La dysgraphie peut se manifester seule, mais le plus souvent, elle est liée à la dyslexie ou à d'autres troubles d'apprentissage. Ils peuvent être des symptômes des déficits de l’attention avec hyperactivité (TDAH) ou sans hyperactivité (TDA).

La dysgraphie est donc un trouble neurologique de l’écriture, souvent diagnostiquée en primaire, lorsque votre enfant s’initie à l’écriture. Elle est caractérisée par des difficultés d'écriture.

Les enfants dysgraphiques font fréquemment des fautes d'orthographe.

Ils omettent des lettres ou ajoutent des lettres supplémentaires. D'autres fois, ils essaient d'épeler le mot phonétiquement (comment ça sonne) sans prêter attention aux règles d'orthographe. Cela se produit le plus souvent sur des mots qui font exception aux règles (ceux avec des lettres muettes comme « peigne » ou « habitude ») ou ceux avec une orthographe unique (comme « jus » ou « oignon »).

Ils manquent de précision avec la grammaire et la ponctuation.

Le cerveau d'un enfant dysgraphique se concentre tellement sur les bases mêmes de l'écriture : former des lettres de manière cohérente et épeler les mots avec précision, qu’il ne se concentre plus sur la structure de la phrase. Comme percevoir quels mots sont des noms, des verbes ou des adjectifs, et saisir le concept de majuscule et de ponctuation.

Ils manquent de clarté ou d’organisation dans l’expression écrite.

De toute évidence, une orthographe précise, une ponctuation correcte et l'utilisation appropriée des règles de grammaire contribuent à la clarté de l'écriture d'un étudiant. Cependant, les élèves dysgraphiques continuent souvent d'avoir des difficultés à  exprimer et à organiser clairement leurs pensées et leurs idées lorsqu'il est nécessaire de les mettre sur papier.

En plus des défis dans ces trois domaines, ces enfants tiennent souvent maladroitement leur crayon et leur motricité fine sur les tâches d'écriture est difficile.

En raison de leurs faibles capacités de traitement visuo-spatial, les élèves aux prises avec la dysgraphie ont aussi souvent des difficultés à maintenir un espacement approprié entre les lettres et les mots.

Attention, ce n’est pas parce que votre enfant n’a pas une écriture soignée et lisible qu’il est dysgraphique, surtout lorsqu’il est en phase d’apprentissage.

Les problèmes d'écriture peuvent être le résultat d'une myriade de choses différentes. Les enfants doivent être capables de se développer, physiquement et mentalement. 

Un élève doit apprendre à tenir un crayon et à développer une motricité fine pour écrire de manière fluide. Il doit également comprendre comment former chaque lettre individuelle avant d'apprendre à relier ces lettres pour former des mots et enfin à enchaîner des mots pour former des phrases. Après tout cela, les étudiants doivent également maîtriser les règles de grammaire nécessaires pour communiquer clairement leurs pensées par écrit. 

Comme vous pouvez le voir, il existe de nombreux domaines qui pourraient s'avérer difficiles dans le parcours d'apprentissage de l'écriture de votre enfant.

Mais alors, quand l'écriture de votre enfant doit-elle devenir une préoccupation ?

Le terme dysgraphie est souvent attribué aux enfants qui ont des déficits dans les trois domaines suivant de l'écriture :

  • La précision de l'orthographe
  • Précision de la grammaire et de la ponctuation
  • Clarté ou organisation de l'expression écrite

 

Quels sont les signes et symptômes de la dysgraphie ?

 

Vous trouverez ci-dessous les caractéristiques typiques de la dysgraphie observées chez les étudiants. Cependant, certaines de ces caractéristiques sont plus courantes à certains âges et niveaux scolaires que d'autres :

  • Prise de crayon incorrecte ou maladroite
  • Écrit ou efface avec des mouvements de bras entiers plutôt qu'avec les doigts et le poignet
  • Faiblesse de la motricité fine (souvent pas seulement à l'écrit, mais aussi à l'utilisation d'ustensiles, laçage de chaussures, boutonnage de chemises, etc.)
  • Difficulté à former des lettres malgré la pertinence de son développement (semble difficile et nécessite beaucoup de réflexion plutôt que d'être automatique.)
  • L'écriture est bâclée et difficile à lire
  • Effectue des inversions de lettres et/ou de chiffres
  • Se plaint d'avoir mal à la main lors de l'écriture
  • Utilise une pression excessive en tenant un crayon et en écrivant sur du papier
  • Évite ou refuse de terminer les tâches d'écriture
  • Termine les tâches écrites à un rythme beaucoup plus lent que ses camarades
  • Fait des fautes d'orthographe (généralement plus importantes lorsqu'il est nécessaire d'écrire des histoires) mais peut-être capable d'épeler des mots avec précision
  • À des difficultés à écrire sur une ligne
  • À du mal à utiliser des indices sur papier pour former correctement des lettres (par exemple, ne descendra pas en dessous des lignes pour former « p » ou « j », ne voit pas la ligne médiane pour écrire des lettres hautes telles que « k » ou « t », et ignore les marges du papier)
  • Utilise de manière incohérente des lettres majuscules et minuscules
  • À des difficultés à fournir un espacement approprié entre les lettres et les mots
  • Difficultés à apprendre et à appliquer les règles de grammaire à l'écrit
  • Incohérent dans l'utilisation de la ponctuation
  • Fournit trop ou trop peu d'informations
  • Fournit fréquemment des réponses plus claires et plus détaillées lorsque vous répondez verbalement
  • Utilise un vocabulaire limité lors de l'écriture
  • À des difficultés à copier hors du tableau
  • Difficultés à prendre des notes lors d'un cours magistral (en particulier suivre le rythme d'écriture et d'écoute de l’enseignant)
  • Écrit un flux de pensée sans conscience (n'organise pas l'information.)

De nombreux enfants dysgraphiques vivent également du stress, des frustrations et de l'anxiété liés à leur difficulté à écrire. Ce stress pourrait se manifester d'autres manières, comme un mauvais rendement scolaire ou des accès de colère.

Ne stressez pas⌛ si votre enfant est dysgraphique. Accompagnée ou non d'autres difficultés, elle n’a souvent aucun rapport avec l'intelligence ou les capacités cognitives ; de nombreux enfants surdoués sont aux prises avec la dysgraphie ou des problèmes similaires.

Albert Einstein, l'un des scientifiques les plus célèbres de toute l'histoire, a en fait échoué à de nombreux examens tout au long de ses études en raison de la dyslexie et de la dysgraphie . George Washington, Louis Pasteur, Daniel Radcliffe, Agatha Christie ont aussi tous lutté contre la dyslexie et la dysgraphie.

Il est important de détecter ce trouble de l’écriture rapidement, vous pourrez ainsi offrir à votre enfant une prise en charge adaptée afin d’éviter l’échec scolaire (mise à la disposition d’un ordinateur, photocopies, adaptation des stylos et du plan de travail, projet personnalisé de scolarisation (PPS), etc.)

 

3 - Dysgraphie et dyslexie

 

Comme l'écriture se chevauche fortement avec l’apprentissage de la lecture, de nombreux élèves diagnostiqués avec de la dysgraphie sont également diagnostiqués avec la dyslexie. Cependant, tous les élèves dyslexiques ne présentent pas de signes de dysgraphie.

Comme vous pouvez l'imaginer, si votre enfant a du mal à former des lettres, il a probablement aussi du mal à reconnaître les lettres qu'il voit lorsqu'il lit. 

Ces défis visuo-spatiaux rendent l'apprentissage de l'écriture et de la lecture beaucoup plus difficile, mais pas impossible. 

Beaucoup de ces enfants réussissent bien les tâches verbales, car ils saisissent le langage et le vocabulaire lorsqu'ils ne sont pas présentés sous forme écrite.

 

4 - Quand la dysgraphie se présente-t-elle ?

 

La dysgraphie peut se présenter dès le préscolaire, lorsque les enfants auront du mal à tenir des crayons, à dessiner, à tracer, à écrire ou à effectuer des tâches motrices similaires. 

La dysgraphie peut également survenir plus tard, à l'école primaire ou au collège, lorsque les tâches d'écriture deviennent plus complexes.

L'âge moyen exact d'apparition est difficile à connaître avec précision. De nombreux enfants atteints de dysgraphie ne sont pas diagnostiqués avant des années, même à l'âge adulte.

Il n’y a pas de différence dans l’écriture que votre enfant soit gaucher ou droitier. L’important, c’est que sa main soit bien positionnée et que son stylo soit bien tenu. Voici comment se positionner pour un gaucher, et un droitier.

 

5 - Diagnostic et traitement

 

Présente chez plus de 10% des enfants, c’est seulement à partir de 7 ans qu’un diagnostic est envisageable, car c’est à ce moment que votre enfant commence à pratiquer l’écriture cursive.

Le diagnostic de la dysgraphie commence par un bilan orthophonique qui permet de diagnostiquer le trouble. Puis, des examens complémentaires seront effectués par d’autres spécialistes (pédiatre, neurologue, psychomotricien).

Ce qui est souvent remarqué et abordé en premier, ce sont les défis physiques qu'un enfant a avec l'écriture, en particulier les premières années.

Donc travailler avec un ergothérapeute pour améliorer la motricité fine et se concentrer sur l'utilisation d'une prise de crayon appropriée est généralement la première étape pour aider un enfant dysgraphique. 

Puis, une prise en charge de manière pluridisciplinaire sera peut-être utile, en collaboration avec un orthophoniste, un psychomotricien, un psychothérapeute ou un graphothérapeute.

Le traitement repose aussi sur le fait que votre enfant doit apprendre à se relaxer, afin de pouvoir contrôler ses gestes. On utilise alors des jeux et des exercices graphiques adaptés.

On devra aussi travailler sur d’autres points faibles comme sa posture, la tenue du scripteur (stylo, crayon) et la formation des lettres.

En effet, la dysgraphie est liée à 3 facteurs bien distincts :

  • Le facteur émotionnel (trouble affectif, problème familial) 
  • une non-acquisition de la motricité fine 
  • aux autres troubles d'apprentissage

Le diagnostic de la dysgraphie et d'autres troubles d'apprentissage permet à votre enfant d'accéder aux traitements, au soutien et aux aménagements pédagogiques nécessaires pour son développement.

Le soutien des êtres chers et des enseignants peut faire une grande différence dans la vie d’un enfant atteint de dysgraphie. De nombreuses écoles, par exemple, offrent des aménagements spéciaux pour les enfants qui présentent des troubles de l'apprentissage. 

Vous pouvez toujours en parler💬 avec son professeur et vous référer au guide des aménagements pour élèves DYS primaire et secondaire.

 

6 - Des exercices à la maison

 

On met l’accent sur la qualité et non la quantité. 

Le but est de revaloriser votre enfant afin de le remotiver. Ses progrès lui permettent de reprendre confiance en lui. Les exercices ne visent pas à faire de lui un Dali de l’écriture, mais ✔️d’avoir une écriture lisible et fonctionnelle.

  • Évitez les exercices de copie voire éliminez-les tant que possible.
  • Visez plutôt des exercices multisensoriels.
  • Ne lui donnez surtout pas des punitions écrites et ne l'obligez pas à recommencer un travail écrit non-satisfaisant.

Avant de commencer à écrire, faites lui faire des exercices avec ses mains ( tourner les poignets, malaxer une balle anti-stress, masser ses mains..) 

Apprenez-lui dès que possible à tapper à l’ordinateur, cela facilitera son apprentissage des lettres. 

Essayez différents papiers et stylos. Pour certains enfants écrire à la main sur du papier qui a des lignes épaisses ou en relief est plus facile.

Vous trouverez ci-dessous des ressources et des exercices qui peuvent être utiles pour votre enfant dans le cadre de sa rééducation en écriture :

Une méthode qui vise à dédramatiser le problème, puis à acquérir ou à développer la détente psychomotrice nécessaire à l’écriture et indispensable à la rééducation.

Elle est basée sur l'utilisation de techniques préparatoires avec des exercices de détente générale et de relaxation. Ils vont permettre une diminution de la tension musculaire.

Faites-lui faire des bricolages faciles. Utiliser différents matériaux comme le papier, le carton, le bois ou la colle. Demandez-lui de les colorier, de les couper ou de les combiner. Mais le maître-mot reste le PLAISIR ! 🥰

Devenir 1er de la classe grâce aux cours particuliers

conseils pour les parents

Donnez à votre enfant les moyens de préparer son avenir.

Guide gratuit pour motiver et accompagner votre enfant vers le succès scolaire.

Télécharger maintenant