AUTRES CONSEILS

Zoom sur la coparentalité, ce nouveau modèle de parentalité

Sommaire 

  1. La coparentalité, qu’est-ce que c’est ?
  2. Comment la coparentalité fonctionne-t-elle ?
  3. Les enjeux de la coparentalité
  4. Coparentalité : qu’en dit la loi française ?



Le monde évolue, tout comme nos modes de vies : les séparations et les divorces ont augmenté et les modèles familiaux ont évolué. Parmi les différents types de famille que nous pouvons citer, il existe un modèle de parentalité qui attire l’attention des psychanalystes et des chercheurs depuis les années 2000 : la coparentalité. Pour certains parents ou personnes souhaitant devenir parent, la coparentalité peut en effet être la meilleure solution, notamment pour l’enfant lui-même. Alors qu’est-ce que la coparentalité et comment celle-ci fonctionne-t-elle ? C’est ce que nous allons voir dans cet article. 👨‍👨‍👦 👩‍👩‍👧

Définition de la coparentalité

1 - La coparentalité, qu’est-ce que c’est ?

 

Le coparenting (ou coparentalité) est un terme qui a commencé à être utilisé dans les années 90, après avoir observé la mutation des schémas familiaux traditionnels depuis les années 60. La coparentalité a depuis fait l’objet de plusieurs recherches et études, tant dans le domaine de la psychanalyse que dans les projets de lois. 🔎

Définition de la coparentalité :

Le coparenting est une garde partagée de l’enfant entre deux (ou plus) parents, qui s’accordent ensemble pour prendre soin de l’enfant et prennent des décisions ensemble sur son éducation, la garde et tout le reste. Les parents ne sont pas forcément liés par un lien amoureux et ne partagent pas forcément le même foyer. 🏠🧒🏡

Nous pouvons distinguer deux définitions du terme coparentalité, l’une au sens strict et l’autre au sens plus large : 

  • Coparentalité au sens strict 💔

Le père et la mère biologique de l’enfant partagent les tâches et l’éducation de l’enfant, mais ne vivent pas ou plus ensemble. La coparentalité peut être entretenue par des parents séparés ou divorcés ou deux personnes célibataires qui ont décidé de faire un enfant ensemble et qui ont convenu d’une garde alternée.

  • Coparentalité au sens large 🏳️‍🌈

Au sens large, la coparentalité peut inclure les parents biologiques, mais aussi une personne tiers, considérée comme l’un des parents. Cela peut être le cas par exemple dans un couple homosexuel ou polyamoureux. On parle alors de parent d’intention.

Parmi les différentes possibilités pour devenir parent, la coparentalité est une option que les hommes homosexuels privilégient, eux-mêmes n’ayant pas accès aux méthodes de grossesse médicalement assistée auxquelles peuvent avoir accès les femmes.

 

2 - Comment la coparentalité fonctionne-t-elle ?

 

Quelle que soit la définition de la coparentalité choisie, une chose est sûre : l’enfant est au centre des préoccupations. Étant un modèle de parentalité relativement récent, la coparentalité soulève bien des questions, tant au niveau légal qu’au niveau familial. Comment la famille peut-elle en effet fonctionner si l’enfant a plusieurs papas et/ou plusieurs mamans ? Pour vous donner une idée plus précise de son fonctionnement, voici quelques cas de figure de coparentalité :

Parents séparés 

Après un divorce, les parents de l’enfant deviennent alors officiellement coparents. Avant 2017, on comptait environ 130000 divorces par an, mais aujourd’hui le nombre de divorces devant le tribunal a baissé grâce à la loi du divorce par consentement mutuel, qui permet au couple de se séparer sans paraître devant le juge. 👨‍👩‍👦

La séparation d’un couple est toujours un élément déstabilisateur dans le quotidien de l’enfant. Il est donc primordial qu’un nouvel équilibre soit retrouvé et c’est là que la coparentalité intervient. Lorsque les parents séparés mettent en règle une communication claire, des règles communes dans les deux foyers et s’alternent pour prendre soin de l’enfant, l’épanouissement de ce dernier n’est pas perturbé. 

Comme le mentionne le Dr. Catherine K. Buckley, spécialiste des affaires familiales et de mariage, le coparenting d’un couple divorcé devrait se fonder sur ses principes : 

  • agir ensemble comme l’équipe de l’enfant
  • partager les soins liés à l’enfant
  • appréhender les conflits à propos de l’enfant de façon appropriée
  • se soutenir et se sentir soutenu dans la parentalité

Parents homosexuels

Tout comme la coparentalité des parents divorcés, les parents homosexuels vont faire face à plusieurs défis et la communication entre les parents est la clé à une bonne entente et la réussite de la coparentalité. Dans la plupart des cas, les coparents sont des amis de longue date. 👬 👭

En Europe, la coparentalité est devenue une possibilité de fonder une famille pour beaucoup de couples LGBTQ+. Les hommes et les femmes homosexuels ont en effet encore aujourd’hui des possibilités limitées quand il s’agit de fonder une famille. Ainsi, la coparentalité est vue par certains couples homosexuels comme la solution idéale pour vivre le bonheur d’être parent.

Famille monoparentale

Comme son nom l’indique, il s’agit donc d’une personne célibataire qui a un enfant avec une personne dont elle s’est séparée ou une personne tiers. 👩‍👦 

Depuis 2021, les femmes peuvent recourir à une PMA (procréation médicalement assistée) pour avoir un enfant seule. La coparentalité reste cependant une option attirante : elle permet de partager les tâches et la joie d’élever un enfant entre deux personnes, même si celles-ci ne sont pas amoureuses l’une de l’autre.

 

3 - Les enjeux de la coparentalité

 

Comme nous l’avons vu, la coparentalité englobe plusieurs cas de figures - les cas que nous avons évoqué n’en sont que quelques exemples. Quelle que soit la situation familiale des coparents, les enjeux de la coparentalité restent les mêmes. Il faut savoir qu’en France, la loi ne permet pas de devenir parent du jour au lendemain : la protection de l’enfant et l’assurance d’un foyer stable pour l’enfant sont au centre des préoccupations législatives.

Dans ce sens, lorsque les personnes décident de se lancer dans la coparentalité, ils vont devoir faire face à plusieurs enjeux : 

  • Savoir communiquer et être solidaire 🤝
  • Partager avec l’enfant des valeurs communes 🤜🤛
  • Mettre en place une garde alternée avec un calendrier précis
  • Gérer un budget pour couvrir les frais de l’enfant 👍
  • S’assurer du bien-être de l’enfant au sein des deux foyers 🙏
  • Prendre soin de son éducation ✍️
  • … et bien d’autres enjeux encore !

La coparentalité est une nouvelle façon d’appréhender la famille et l’aspect juridique est également à prendre en compte dans ce modèle de parentalité. En effet, l’enfant aura sur l’acte de naissance ces deux parents biologiques, mais les parents d’intention n’auront pas les mêmes droits que les parents biologiques. Ce qui peut poser plusieurs problèmes dans l’organisation de la vie de famille, si par exemple l’on veut organiser un voyage ou que l’enfant a un accident.

La coparentalité est donc quelque chose à prendre au sérieux : il faut vouloir (et pouvoir) s’assurer de prendre soin de son enfant et veiller à avoir toujours une communication claire avec le ou les autres parents. Une bonne organisation et beaucoup de diplomatie sont donc indispensables lors de la coparentalité.

 

4 - Coparentalité : qu’en dit la loi française ?

 

Il n’existe pas de loi en France contre la coparentalité. En France, on considère que les droits et les devoirs du père et de la mère biologiques demeurent les mêmes, qu’il y ait séparation ou non. Ainsi, le père et la mère biologiques peuvent éduquer leur enfant en tant que coparents. Il s’agit de la loi de l’autorité parentale. ⚖️

Le problème qui se pose est le suivant : la filiation. La filiation est ce qui permet de transmettre son nom à l’enfant, son héritage, sa nationalité… En France, on considère qu’un enfant ne peut avoir que deux parents. Dans le cadre d’une coparentalité de partenaires homosexuels ou polyamoureux (deux mamans/ deux papas ou deux papas/ une maman), ce statut légal ne permet pas aux parents non biologiques d’avoir un droit sur l’enfant. 👶

Avec l’évolution des familles et des droits des personnes LGBTQ+, la loi évolue tout de même. La PMA (procréation médicalement assistée) a été par exemple ouverte à toutes les femmes (hétérosexuelles, homosexuelles, monoparentales) en France en 2021. 👩‍👩‍👧

La GPA (gestation pour autrui) est quant à elle toujours interdite, car celle-ci viole le code civil et pénal. Même si une GPA est faite à l’étranger, seul le père sera inscrit comme père biologique à l’acte de naissance, la mère d’intention n’étant pas la mère biologique, elle ne figurera pas sur l’acte de naissance. Ainsi, la seule façon d’avoir un lien filial avec l’enfant pour ses parents d’intention (non biologiques) est d’avoir recours à l’adoption de l’enfant de leur partenaire.

L’association LGBT précise d’ailleurs que la coparentalité peut parfois être mal vécue par les pères homosexuels, les tribunaux préférant généralement donner la garde de l’enfant aux mères lesbiennes en cas de litige.

La coparentalité est donc un nouveau modèle parental qui reflète notre époque où les modèles familiaux changent et évoluent. Les chercheurs se penchent de plus en plus sur le rôle des parents, séparés ou non, et du lien qui existe entre l’enfant et ses parents, qu’ils soient biologiques ou non. ❤️

 

Dans ce sens, rappelons l’importance de l’éducation, quel que soit le modèle parental choisi. L’éducation de votre enfant fait partie de nos priorités chez Gostudent : nous vous proposons des cours particuliers avec des professeurs certifiés, qui pourront aider vos enfants à s’épanouir à l’école ! 🧑‍🏫

Devenir 1er de la classe grâce aux cours particuliers

Inscrivez-vous pour un cours d'essai gratuit @GoStudent

Réservez dès maintenant