AUTRES CONSEILS

Beau-père/Belle-mère : 5 conseils pour trouver sa place (et son rôle)

Sommaire

  1. Comment se faire accepter en tant que beau-parent ?
  2. Comment appeler son beau-père/sa belle-mère ?
  3. Comment agir quand on est beau-parent ?

 

Être beau-parent est une expérience différente de celle d'élever un enfant depuis sa naissance 🤱, mais cela ne signifie pas que cette tâche intimidante ne s'accompagne pas de son lot d'épreuves et de difficultés. Au début de la relation, vous serez probablement accueilli avec beaucoup d'appréhension et parfois même de haine par les enfants de votre conjoint.e. Et lorsque les enfants se montrent enfin, vous devez faire face à leur autre parent biologique, qui n'est probablement pas votre plus grand fan 😡. Dans bien des cas, vous êtes traité comme un citoyen de seconde zone, même si vous jouez un rôle tout aussi important dans la vie de vos beaux-enfants que leurs vrais parents. Oui, être beau-parent peut parfois être un travail ingrat, mais cela peut aussi être très gratifiant. 🏆

Vous êtes beau-père/belle-mère ou vous êtes sur le point de le devenir ? Lisez les 5 conseils suivants pour trouver votre place au sein de votre famille recomposée.

father-in-law

 

Comment se faire accepter en tant que beau-parent ?

 

👑 Nous sommes loin de la méchante marâtre de Cendrillon et de ses demi-sœurs. Le climat familial est tout de même plus apaisé que dans le conte de fée. Pour se faire accepter comme beau-parent, il faut comprendre son nouveau rôle.

👪 Comme l’explique Sylviane Giampino, psychanalyste, il vaut mieux redéfinir la beau-parentalité en dehors de la fonction parentale et à la concevoir comme une sorte de tutorat. À envisager les relations uniquement sous l’angle de la parentalité, on en oublie, en effet, l’essentiel à ses yeux : la relation de couple.

💑 Elle ajoute que la légitimité d’un beau-parent tient au fait qu’il est amoureux du père/de la mère de l’enfant. De plus, l’enfant est souvent désireux de recréer sa famille, surtout quand les relations précédentes ont été conflictuelles ou le divorce douloureux.

 

Comment appeler son beau-père/sa belle-mère ?

 

À l’origine, le nouvel époux/épouse du parent s’appelait « marâtre » ou « parâtre ». Mais ce terme est vite devenu péjoratif. Au Moyen-âge, on y a ajouté l’adjectif « beau/belle » en signe d’affection. 😚

Dans la vie d’un enfant, il y aura peut-être plusieurs belle-mère/beau-père, mais seulement deux parents. Et ce petit adjectif ajouté complique les choses : il sous-entend que la « belle » mère serait plus « belle » que sa propre mère. ✨ 

🗣️ Alors, souvent, les enfants choisissent des périphrases et disent : “le mari de ma mère”, “la femme de mon père”, “le copain de ma mère”, “la copine de mon père”.  Et quand l’enfant s’adresse à son beau-parent, il l’appelle tout simplement par son prénom.

 

Comment agir quand on est beau-parent ?

 

L’approbation de l’ex 👌

 

Parfois, cela ne dépend pas du beau-parent mais du parent biologique qui n’habite pas au sein de la famille recomposée. Pour que les liens puissent se tisser entre beau-parent et enfant, cela nécessite une « autorisation » 👍 plus ou moins explicite de l’ex. L’enfant se sentira ainsi libre de créer une nouvelle relation et un lien de qualité avec le beau-parent.

 

S’effacer pour mieux trouver sa place 🧽

 

Parfois, il faut céder sa place et laisser les parents biologiques prendre les décisions. Les beaux-parents - surtout ceux qui ont eux-mêmes des enfants biologiques - ont une tendance naturelle à vouloir donner leur avis sur les décisions parentales. Cependant, dans ces moments-là, il vaut mieux débrancher son instinct de parent. Le problème quand on est beau-parent, c'est qu'il y a deux parents biologiques qui ont tous les droits d'élever leurs enfants comme ils l'entendent.

 

Un relais parental plus qu’un copain 👨

 

La qualité relationnelle entre l’enfant et le beau-parent va aussi dépendre du conjoint, et de la place qu’il/elle lui fait, en créant un cadre social normal. Plus concrètement, chacun se doit d’être poli, courtois, respectueux de l’intimité de l’autre… mais personne n’est obligé d’aimer. 🙅 C’est souvent cette injonction à l’amour qui peut créer un conflit (souvent intériorisé) chez l’enfant et qui va l’empêcher de créer une relation personnelle et originale avec le beau-parent.

 

Prenez le temps

 

Les relations prennent du temps à se développer, et la relation beau-parent/beau-fils/fille ne fait pas exception. Le problème ? Les belles-mères et beaux-pères ont souvent de fortes attentes lorsqu'il s'agit de rejoindre la famille de leur conjoint.e, et ces attentes irréalistes ne font qu'empirer les choses lorsque des problèmes surviennent inévitablement.

 

Tout dépend de l’âge des enfants 👶


✊ L’adolescence est bien sûr un âge plus délicat à traiter qu’un enfant en quête de relations sociales. L’idée est surtout d’avoir un respect mutuel 🤝 l’un pour l’autre. Et si vous sentez qu’il y a une demande de la part de l’enfant, pourquoi ne pas proposer de passer du temps ensemble ?

 

Si vous êtes sur le point de devenir beau-parent et que l'avenir vous effraie, sachez que les familles recomposées sont de plus en plus courantes. Dans une enquête réalisée en 2011 par le Pew Research Center, 42 % des adultes ont indiqué qu'ils avaient au moins un beau-parent, et 13 % qu'ils avaient un bel-enfant. Et ne vous inquiétez pas pour votre implication dans la vie de la famille de votre moitié, elle ne gâche pas les choses : dans l'enquête, environ 70 % des adultes ayant des beaux-parents ont déclaré être extrêmement satisfaits de leur vie familiale. Et pour gagner la confiance de vos beaux-enfants, essayez de les faire rire avec ces 15 questions drôles !

 

Devenir 1er de la classe grâce aux cours particuliers

conseils pour les parents

Donnez à votre enfant les moyens de préparer son avenir.

Guide gratuit pour motiver et accompagner votre enfant vers le succès scolaire.

Télécharger maintenant